J’ai dit à mon employeur que j’avais une sclérose en plaques, Elsa témoigne (48 ans)
jeudi 10 octobre 2013

Vous pouvez vous aussi témoigner à l’aide du formulaire en lien de votre expérience.
Chaque situation est unique, personnelle .... (emploi, âge, état de santé, employeur, régime public, privé, etc.)
Votre témoignage est destiné à être publié sur le site et restera anonyme.

JPG - 24.7 ko

N’hésitez pas lorsque vous êtes devant un choix important à contacter une association qui connaît bien le handicap et à lui poser vos questions.
Pour trouvez votre délégation départementale APF : http://www.apf.asso.fr/index.php/apf-en-france
A consulter aussi le blog juridique de l’APF


Présentation

Je m’appelle (prénom fictif) : Elsa
Je suis : de sexe féminin
Mon âge actuellement : 48 ans
La date de mon diagnostic SEP : 2006

Mon emploi au moment où je l’ai dit

Type de structure (choix multiple) : Privé
Ma profession, catégorie professionnelle : Employée
Nombre de salariés dans cette structure (environ) : 10

Mon témoignage

La date à laquelle j’ai indiqué que j’avais la SEP à mon employeur (environ) : 2010

Pourquoi je l’ai dit
A l’époque j’étais à la recherche d’un emploi. J’ai été contactée par une fédération sportive et j’ai eu un entretien qui s’est révélé positif. J’ai donc effectué ma période d’essai (avec succès).
Avant d’être définitivement embauchée (en CDI), j’ai dit que j’avais une SEP car durant ma période d’essai mon employeur a reconnu mes compétences, et c’est ce qui comptait à mes yeux. Je savais que cette révélation pouvait me coûter ma place, et certains diront peut-être que je suis stupide. Je vivais et vis encore mal cette maladie, alors en le disant je voulais juste que les choses soient claires.

Comment j’ai abordé le sujet
Je l’ai dit simplement. "Voilà, ma période d’essai se termine, alors avant de poursuivre je voudrais vous dire que j’ai une SEP. Je comprendrais qu’à l’issue de cette révélation, notre collaboration ne soit plus possible. Si c’est le cas, dites le simplement et je m’en irai"

Ce qui à changé après cette annonce
Après m’avoir dit que cela ne changeait rien à leur décision de me garder, je pensais que les choses changeraient ; Elles ont changé, car ils m’ont gardé mais je sentais qu’ils m’en voulaient quelque part. Alors je me suis battue pour m’imposer et j’y suis arrivée. Le point positif, c’est que si j’ai besoin de m’absenter pour des examens par exemple, ils sont plus tolérants.

Pour terminer mon témoignage

Si j’avais une recommandation ou un conseil à donner
Vivre avec cette maladie est un fardeau ; J’ai longtemps caché ma maladie. Alors ne pas avoir à mentir c’est "plus simple". Mais ce que je dis n’est pas valable pour tout le monde, et je sais que nous ne vivons pas dans "le monde des Bisounours !" Les employeurs, comme d’autres n’aiment pas les malades ... Dire la vérité c’est mieux, mais ce n’est pas toujours possible !

Un dernier mot ! : J’ai trois enfants ... et j’essaie chaque jour de profiter des petits bonheurs de la vie !

Nous vous remercions de votre témoignage Elsa.


Un livre utile à commander :

APF Écoute Infos : Voir le lien vers le livre. Il se peut que n’ayez pas toutes les informations sur vos droits pour décider, faire un choix sur une orientation. Il est difficile de comprendre ce qui arrive lorsque la situation change, sans compter les pressions, les conseils qui sont donnés à ce moment là.