Nouveautés Plan du site Newsletter Sites APF Ecoute Infos Contact
Accueil du siteSclérose en plaquesEn particulier***Questions - Réponses (plutôt médicales)Des réponses à vos questions (APF ECOUTE INFOS)
Dernière mise à jour :
jeudi 20 avril 2017

Statistiques éditoriales :
997 Articles

Statistiques des visites :
2147263 
depuis 01 Septembre 2009

Informations

LES "ECOLES DE LA SEP"

2017

 

Ligne d’écoute :

      • DES DIFFICULTES A UTILISER LE TELEPHONE ?

Le service SEP-PSY par tchat ou mail est fait pour vous !

 
Facebook

- Ancienne page : (Problème technique avec Facebook cette page n’est plus mise à jour. 29/09/16).

 

Évènements autour de la

Journée Mondiale 2017

- Maison de la SEP : à partir du 12 mai 2017.

 
PNG - 25.7 ko
Fleurs d’encre

Livre à télécharger !

 

Diagnostic (questions - réponses)

74514 visites | En ligne : 17 octobre 2011

Les réponses ont été écrites par des professionnels et nous les en remercions.
Certaines réponses sont anciennes, nous avons demandé au Pr Pierre Labauge - Faculté de Médecine de Montpellier Nîmes - Neurologue des Hôpitaux, de les valider avec les avancées que nous connaissons aujourd’hui.



- Je voudrais savoir si on peut avoir une SEP à l’âge de 70 ans, tous les symptômes sont là et le neurologue confirme, il me semblait que c’était une maladie de jeune !
Bien qu’à l’âge de 31 ans j’aurais eu une crise..."

  • Réponse du professionnel : L’âge moyen de début de la SEP est entre 20 et 40 ans, des formes tardives ont été décrites jusqu’à 60 ans.
    Une étude a montré que 1/3 des malades ont en fait des poussées, ce qui semble être le cas ici précisément." (Pr Pierre Labauge, le 13 octobre 2011)

- Est-ce que la SEP est difficile à diagnostiquer ?

  • Réponse du professionnel : En absence de symptômes spécifiques, le début de la maladie est particulièrement difficile à diagnostiquer. Il peut se passer un laps de temps important avant que ne soit évoqué une possibilité de SEP.
    Un neurologue pose un diagnostic de SEP et d’évolution de la maladie, en s’appuyant en particulier sûr :
    Les remarques du patient et de son entourage, le dossier médical, des examens neurologiques, une analyse par résonance magnétique. (P.M Alliel, J-P Périn et F. Rieger - 1er semestre 1999). (Validation de cette réponse par le Pr P. Labauge au 14/10/ 2011).

- Le scanner est-il la méthode fiable pour le diagnostic de la SEP ?

  • Réponse du professionnel : "Aucune méthode n’est aujourd’hui fiable à 100%. La Résonnance Magnétique est la seule méthode de visualisation des plaques, mais pas de toutes les plaques ; cette méthode ne permet pas non plus de distinguer des lésions similaires provoquées par d’autres maladies. L’ IRM a le triple avantage d’être indolore, de confirmer un diagnostic et de pouvoir contribuer à l’appréciation de l’efficacité d’un traitement. (Validation de cette réponse par le Pr P. Labauge au 14/10/ 2011).

- L’analyse du liquide céphalorachidien est-elle informative (ponction lombaire) ?

  • Réponse du professionnel : "Le liquide céphalorachidien est anormal dans 90% des SEP et chez 40% des patients pour qui on suspecte une SEP. Il existe souvent une augmentation de gammaglobulines. Cependant de nombreuses maladies inflammatoires et des infections du système nerveux central peuvent donner des résultats similaires. On peut aussi relever une augmentation de lymphocytes-T activés."(P.M Alliel, J-P Périn et F. Rieger - 1er semestre 1999). (Validation de cette réponse par le Pr P. Labauge au 14/10/ 2011).

- L’électrophorèse des larmes (en remplacement possible de la ponction lombaire) et son application possible concrètement aujourd’hui ? Les personnes en cours de diagnostic peuvent-elles la réclamer aujourd’hui à leur neurologue ? et si non, peut-on avoir une idée de quand cela sera possible ?

  • Réponse du professionnel :"La recherche de bandes oligoclonales dans le liquide céphalo-rachidien est une aide importante au diagnostic de sclérose en plaques.L’œil a la même origine embryologique que le système nerveux. C’est pourquoi on a pensé que la recherche de ces bandes pouvait être intéressante dans les larmes, permettant ainsi de limiter le nombre de ponctions lombaires. Des études préliminaires ont montré qu’il existait une concordance satisfaisante entre ces deux milieux biologiques. Cependant des études complémentaires sont nécessaires avant que cette technique soit réalisée en routine. "(Dr F. Rouhart le 05/01/01). (Validation de cette réponse par le Pr P. Labauge au 14/10/ 2011).

- Mon médecin vient de m’annoncer que j’avais peut-être une SEP et désire faire une ponction lombaire. Cet examen peut-il être évité ? Est-il possible de faire la ponction lombaire sous anesthésie générale ?

  • Réponse du professionnel : Dans certaines situations il est impossible de ne pas faire la ponction lombaire pour confirmer le diagnostic : il y a des maladies que ressemblent beaucoup à la SEP cliniquement ou même à l’IRM et c’est le résultat de la ponction lombaire que permet le diagnostique définitif et ainsi les décisions thérapeutiques. " (Dr Maria Carmelita Scheiber Nogueira Le 24/04/04 neurologue à Strasbourg). (Validation de cette réponse par le Pr P. Labauge au 14/10/ 2011).

- Ma femme présente les symptômes d’une sep depuis 1985. Avec plusieurs discussions dans les hôpitaux on m’a dit que pour une SEP il fallait avoir une IRM positive. Pouvez-vous me le confirmer ?
De plus ma fille commence avoir les mêmes symptômes qu’au début de la maladie de ma femme (baisse de l’acuité visuelle des deux yeux comme une névrite optique). Une SEP pourrait-elle être héréditaire ?

  • Réponse du professionnel : Il peut s’avérer que des SEP authentiques aient une IRM normale. Néanmoins, dans ce cas là, le diagnostic doit être retenu avec beaucoup de prudence. L’analyse du LCR (recherche de bandes oligoclonales), des PEV sont très utiles. La notion familiale est en outre un argument important pour une autre maladie éventuelle Pr. Labauge (14 septembre 2005). (Validation de cette réponse par le Pr P. Labauge au 14/10/ 2011).

- Dans quel cas fait-on passer un IRM du cerveau ? Dans quel cas fait-on passer un IRM de la moelle épinière ? Dans quel cas fait-on passer les 2 IRM et dans quel cas fait-on passer qu’une des 2 , et pourquoi ?

  • Réponse du professionnel : "L’IRM est l’examen complémentaire qui permet d’aider au diagnostic en montrant des signes de démyélinisation et de surveiller l’évolution de la maladie. L’IRM de l’encéphale suffit dans la plupart des cas. Mais cet examen peut se révéler normal. Une IRM médullaire peut alors être pratiquée si le clinicien a constaté des signes en faveur d’une atteinte médullaire. Une IRM normale n’exclut pas forcement le diagnostic au début de la maladie, si bien qu’il peut être nécessaire de répéter l’examen 3 mois plus tard. "(Dr F. Rouhart le 29/03/02). (Validation de cette réponse par le Pr P. Labauge au 14/10/ 2011).

- J’ai peur de la ponction lombaire !!!!!

Témoignage de deux patientes sur la ponction lombaire :

  • "J’ai eu comme chacun des patients SEP une ponction lombaire au cours de la phase de diagnostic de la maladie. Je crois qu’il y a beaucoup de fantasmes et d’exagérations autour de ce geste. Non, la ponction lombaire n’est pas un acte dangereux et ne fait pas plus mal qu’une pose de perfusion ! Il ne faut pas bouger et surtout ne pas avoir peur. Et écouter le médecin quand il dit qu’il faut éviter de se lever dans les heures qui suivent. Pour ne pas l’avoir fait, j’ai eu des nausées pendant plusieurs jours. Mais je ne pouvais m’en prendre qu’à moi-même ! Je sais que certains ont même besoin d’être piqués à nouveau au même endroit pour ne pas être restés tranquilles. Attention donc. Et encore une fois, n’ayez pas peur !
    Bon courage à tous.
    Marie-Anne (Le 3 mai 2004)"
  • "Il faudrait que cette personne trouve un bon médecin, compréhensif, qui soit bien à l’écoute de ses patients.
    Sinon une ponction lombaire, qui est faite par un médecin qui a l’habitude d’en faire, ne doit pas être douloureuse.
    Il suffit que le patient soit "détendu" le dos bien enroulé sur un oreiller et une chose importante et qu’il faut qu’il y ait une personne devant afin de caler le patient pour qu’il ne bouge pas. On m’a fait respirer profondément au moment de la piqûre et je n’ai rien senti du tout.
    C’est vrai que ce n’est pas des plus agréables, mais une fois l’aiguille entrée ensuite le liquide coule et dès que les tubes sont remplis c’est terminé, ensuite il faut rester allongé longtemps pour éviter au maximum les effets méningés suite à cet acte, mais là aussi il y a "2 écoles", j’ai eu ces migraines terribles durant pratiquement une semaine, mais comme je n’avais pas été épargnée pour l’acte et que l’on m’a fait assoir le soir même, marcher le lendemain matin.... "
    (Bernadette Lebouchard, le 3 mai 2004).

- Suite aux résultats de ma dernière résonance magnétique et aux examens cliniques au bureau du neurologue, on parle de mi-sep mi-vasculite.... Est-il possible d’avoir un peu d’informations à ce sujet ? Est-ce fréquent ?

  • Réponse du professionnel : "Le diagnostic de sclérose en plaques repose sur un faisceau d’arguments. Il faut, dans un premier temps éliminer les diagnostics différentiels qui peuvent revêtir le même tableau neurologique dont la vasculite ou vascularite (ex : le lupus érythémateus disséminé). C’est l’évolution dans le temps et dans l’espace (atteinte clinique et/ou examens complémentaires en faveur) qui permettra le diagnostic. C’est dire la difficulté d’affirmer le diagnostic après une première pousée." (Dr F. Rouhart le 23/03/01). (Validation de cette réponse par le Pr P. Labauge au 14/10/ 2011).

- Une prise de cortisone peut-elle fausser une IRM ?

  • Réponse du professionnel : Non, elle peut uniquement faire diminuer le nombre de prise de contraste.(Dr Sandrine Wiertlewski, neurologue au CHU Nantes le 04/10/01). (Validation de cette réponse par le Pr P. Labauge au 14/10/ 2011).

 

Articles de cette rubrique

  1. Questions diverses (questions - réponses)
    Origine : 2000 | | En ligne : 7 avril 2014

  2. Chaleur, soleil etc... (questions - réponses)
    | En ligne : 4 mai 2009

  3. Diagnostic (questions - réponses)
    | En ligne : 17 octobre 2011

  4. Douleurs et spasticité (questions et des réponses)
    | En ligne : 5 mai 2009

  5. Elocution, parole (questions - réponses)
    | En ligne : 5 mai 2009

  6. Fécondité, grossesse, hérédité (questions - réponses)
    | En ligne : 24 février 2014

  7. Poussées (questions - réponses)
    | En ligne : 5 mai 2009

  8. Rééducation et kinésithérapie (questions - réponses)
    | En ligne : 4 mai 2009

  9. Sexualité (questions - réponses)
    | En ligne : 5 mai 2009

  10. Traitements (questions - réponses)
    | En ligne : 29 novembre 2011

  11. Vaccinations
    | En ligne : 18 novembre 2011

  12. Vésico sphinctérien, urinaire, intestinaux (questions - réponses)
    | En ligne : 5 mai 2009

  13. Vue, troubles visuels ( questions - réponses)
    | En ligne : 5 mai 2009